Souvenirs de Bouarfa, siège de la province de Figuig, au Maroc

Publié le par brahimi

Visite Royale à Bouarfa

11/12/09: Sa Majesté le Roi Mohammed VI effectue actuellement une visite officielle à Bouarfa, siège de la province de Figuig. C'est ainsi que le Souverain, Amir Al Mouminine,  a présidé la prière du vendredi  et  donné le coup d'envoi à la mise à niveau des communes urbaines et rurales de la province.

SM le Roi a été accueilli à son arrivée par une foule immense d'habitants des Hauts plateaux, lesquels ont réservé au Souverain un accueil des plus chaleureux.

Bouarfa, ancien village de la mine de manganèse, qui a connu de mauvais jours, au début de l'indépendance du pays en 1956, à la suite de la fermeture de sa mine, renaît maintenant  de ses cendres depuis janvier 1974, date à laquelle cette région éloignée d'Oujda de 300 km a été érigée en province, à laquelle j' eus l'honneur d'y être désigné comme premier Gouverneur.


Je suis resté en poste à Bouarfa de janvier 1974 à juillet 1977, date à laquelle j'ai été muté à Ouarzazate.

Quand le Ministre de l'Intérieur de l'époque, M. Haddou Echiguer, m'avait installé en présence de la population locale, j'avais à peine 37 ans et je commençais ma carrière de Gouverneur au Ministère de l'Intérieur.


M. Tariq, décédé depuis, Gouverneur de Taza, qui faisait partie de la délégation officielle et qui aimait souvent plaisanter, m'avait pris par le bras, après la cérémonie, pour me dire:"Mon cher ami, le Ministre ne t'a pas installé, il t'a enterré vivant dans ce trou de rats". Je n'oublierai jamais cette boutade de mauvais goût...


Effectivement, je n'ai trouvé que des maisons de cadres et d'ouvriers éventrées, sans portes ni fenêtres, un village sans eau potable ni électricité, ni restaurant ni hôtel et une population miséreuse qui ne faisait que survivre, à cause de la sécheresse et  du chômage.  Après le départ de la délégation, j'ai passé ma première nuit dans la maison désaffectée de l'ancien directeur de la mine, dans un froid de canard, sans portes ni fenêtres volées par les brigands, avec tout juste un petit casse croûte que j'avais ramené de Rabat, avec moi.


Le lendemain, j'ai mis les chômeurs au travail. Nous avons travaillé comme dans un chantier de bâtiment. Nous avons bouché les portes et les fenêtres de quelques logements, remis les installations de la mine en marche pour avoir de l'eau. Les ouvriers recrutés ont préparé en même temps le pain et les tajines et nous nous sommes servi des bougies la nuit pour souper, en plus du feu de bois de la mine pour nous réchauffer.


C'est dans ces conditions que la vie à repris, jour après jour et que l'administration a commencé à s'installer, grâce à la volonté des gens qui venaient chercher du travail, à la participation de la population enthousiasmée et de la volonté des bâtisseurs en herbe, qui au lieu de croiser les bras se sont mis au travail.

La ville que vient d’honorer Se Majesté le Roi par cette visite historique, n'a plus rien à envier aux autres villes, avec ses boulevards, ses petits hôtels, ses installations, sa mosquée, ses commerces florissants, son hôpital, ses collèges et lycées, son aéroport, sa population habillée en blanc, en liesse, fière de pouvoir offrir aux visiteurs le meilleur sourire et le meilleur accueil!


Propos de Mohamed Boufous, témoin d'un évènement historique, que celui de la naissance d'une nouvelle province au sud-est du Maroc, à la lisière de la frontière Maroco-algérienne.


  
le 11/12/09            Visitez aussi mon site web à l'adresse suivante: www.droitmarocain.com


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Jacques Gandini 15/11/2011 16:08


Bonjour Monsieur
Je pense que mon site : www.ouarzazate-1928-1956.com va vous intéresser...
Si vous avez quelques documents d'époque sur la ville "territoire" de Ouarzazate en votre possession, vous êtes le bienvenu.
Merci pour votre attention.
Bien cordialement.
J. Gandini
Autres sites :
- www.extrem-sud.com
- www.maroc-protectorat-chemindefer.fr